Le Bien Causses et les Cévennes
Aménagement et environnement > Causses et Cévennes > Essentiel > Le Bien Causses et les Cévennes

Les Causses et les Cévennes, paysage culturel de l’agro-pastoralisme méditerranéen

La carte du Bien Causses et Cévennes

Le Bien Causses et Cévennes a été inscrit sur la liste du Patrimoine mondial en juin 2011, sur la base de la candidature suivante :

Les Causses et les Cévennes

Les Causses et les Cévennes présentent, dans un cadre naturel grandiose, une diversité de paysages, ouvrages combinés de la nature et de l'homme. En réponse à un environnement naturel, Caussenards et Cévenols ont su s'adapter et façonner des paysages millénaires. Les reliefs, qu'il s'agisse des pentes aménagées en terrasses ou du karst souterrain et aérien, la nature des sols, les roches du sous-col, que l'on retrouve dans l'architecture locale, le climat, notamment la ressource en eau, la végétation enfin, sont autant d'éléments qui ont été transformés par l'homme et ont imposé une adaptation fine au milieu.

la fiche de l'inscription et la description sur cette page du site de l'UNESCO.

site officiel : http://www.caussesetcevennes.org/

 

 

4 grands ensembles paysagers

  • Celui des vallées cévenoles marqué par les terrasses, l'architecture du schiste, une végétation rappelant l'âge d'or de la châtaigneraie et un patrimoine bâti, celui de la sériciculture,
  • Celui des monts Aigoual et Lozère, domaine de la pelouse et des troupeaux transhumants, de massifs forestiers plantés à la fin du XIXè siècle et marqué par l'architecture du granite,
  • Celui des Causses, plateaux karstiques modelés par des siècles d'agropastoralisme, où le petit patrimoine architectural côtoie des ensembles monumentaux,
  • Celui des vallées et des gorges, aménagées en terrasses et où se déploie une architecture du calcaire, comme sur les Causses.

Patrimoine vivant de l'agropastoralisme

Les Causses et les Cévennes ont connu une mise en valeur agro-pastorale dont la pratique se perpétue aujourd'hui alors qu'elle a largement disparu ailleurs en Europe méridionale, sous l'effet de la modernisation de l'agriculture.

Le maintien, sur de vastes surfaces, de paysages bien conservés qui appartiennent à un patrimoine commun, confère d'autant plus de valeur au territoire, conservatoire vivant de modes de préservation et de valorisation de la moyenne montagne méditerranéenne. Aujourd'hui encore, les drailles marquent ces terres de transhumance et apparaissent comme des traits d'union entre les Causses et les Cévennes.

Sous l'impulsion de l'ensemble des acteurs du territoire, les Causses et les Cévennes vivent : les pelouses sont entretenues par le pastoralisme, les terrasses remises en culture après avoir été abandonnées, le patrimoine bâti restauré et occupé/utilisé. Aux activités agricoles et rurales s'ajoute le tourisme vert.